Unité - Solidarité - Action
1er mai, fête du travail **** 29 novembre 2015 : élections couplées présidentielle et législatives au Burkina Faso **** 30 et 31 octobre 2015 : premier anniversaire de l’insurrection populaire au Burkina Faso **** Université de Ouagadougou : démission du DG du CENOU toujours exigée par huit syndicats d’étudiants **** 29 octobre 1998 - 29 octobre 2015 : 26ème anniversaire de la CGT-B
FLASH INFOS

Accueil du site > LES GRANDS DEBATS >Syndicalisme et politique

Syndicalisme et politique
publié le 7 août 2012

Pensez vous que le syndicalisme exclut la politique ? Donnez votre point de vue.
Répondre à cet article

24 Messages de forum

  • Syndicalisme et politique 10 août 2012 00:50, par cgtb
    Moi je pense que les deux sont incompatibles

    Répondre à ce message

    • Syndicalisme et politique 10 août 2012 13:26, par cgtb
      Super ton point de vu

      Répondre à ce message

    • Syndicalisme et politique 11 avril 2014 19:17, par saaga sebgo
      n’est il pas les même citoyens qui anime les deux. mais je comprends parfaitement votre inquiétude par ce que si effectivement un responsable politique va se donner à la politique politicienne il est évident que ce dernier après s’être habillé du peau de la corruption ne soit pas éfficace sur le terrain. mais aussi doit il comprendre que il doit se battre pour changer l’ordre du monde qui térorise les travailleurs en un ordre nouveau en leur faveur d’où il peut exister un lien entre les deux.

      Répondre à ce message

  • Syndicalisme et politique 10 août 2012 00:54
    Je pense que l’un va avec lautre

    Répondre à ce message

  • Syndicalisme et politique 10 août 2012 13:39, par cgtb
    Ce forum est modéré à priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.Ce forum est modéré à priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.Ce forum est modéré à priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.
    Ce forum est modéré à priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.Ce forum est modéré à priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.Ce forum est modéré à priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.
    Ce forum est modéré à priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.Ce forum est modéré à priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Répondre à ce message

  • Syndicalisme et politique 5 novembre 2012 10:37, par Haïti
    je pense que le syndicalisme et politique rime du moment où le syndicat lutte contre les éffets néfastes d’un système politique et économique donné.mais de là à faire du militantisme politique et vouloir appartenir à un syndicat,c’est un paradoxe.le syndicat reste aux aguets de la politique !

    Répondre à ce message

  • Syndicalisme et politique 8 décembre 2012 23:54, par sawwemma
    Qui fait du syndicalisme fait de la politique. pour etre le bon syndicaliste il faut faire la politique dans l’orientation de ton syndicat.Autrement dit quand la politique que l’on mene n’est pas en phase avec l’orientation de notre syndicat on a certainement raté notre option politique.Il bien dans ce cas de se ressaisir à temps pour pouvoir mener le combat, le noble

    Répondre à ce message

  • Syndicalisme et politique 23 décembre 2012 22:41, par DABRE Moustapha
    Le syndicalisme et la politique vont de pair car les actions des syndicats sont menées pour contester les décisions politiques qui entravent l’épanouissement des travailleurs.

    Répondre à ce message

  • Syndicalisme et politique 2 mars 2013 18:16

    Tout est étroitement lié en effet !

    vetement femme xxltoute la mode pour les femmes rondes sur internet. Vêtements grandes tailles pour femmes

    Répondre à ce message

  • Syndicalisme et politique 18 juin 2013 19:51, par GudrunGla
    Super article genial

    Répondre à ce message

  • Syndicalisme et politique 2 octobre 2013 07:05, par ld24783BgT

    Die Männer dieser could machen Sie dieses war strong, fähige Krieger und excellent Jäger..Unser Rückenmark bestehen Sie of mehrere Bündel von Nerven der kommt produzierter from die Basis unseres Gehirnes auf to unser Rücken..Gut ich can sagen Sie Ihnen aus erster Hand dieser you brauchen Sie einen definitiv.. ? Sally verschwindet mit the gleiche Menge von Entschlossenheit sie kam eingeschlossener with, aber diese Zeit mit an fügte Berührung davon hinzu triumph..Das folgende ist die Aufgaben daß Sie to Louis vuitton handtasche vervollständigen Sie vor Ihnen can finden Sie das billige Paket dieses wird you bauen Sie Verkehr wirksam zu your Unternehmen. ?.

    Répondre à ce message

  • Syndicalisme et politique 17 octobre 2013 14:46, par ad2210dcc

    Einer des most bedeutungsvolle Wirklichkeiten über der cheapest Weihnachtsnachbildungshandtaschen sind dieser they haben Sie viele worthwhile Merkmale und Elemente jenseits des your Phantasien..Options schließen Sie ein Passagierschiff ein dieses kommt, with der Sandkasten oder dicke plastische Folie auf the unterst mit ein few stieß Löcher..Außer the louis vuitton tasche outlet Hautsorgenteil, unser Bericht enthüllt aller the wichtige Trends und Entwicklungen das Zurücknehmen von place im Haar care, Farbekosmetikum, Düfte und mündliche Sorge teilt sich von the Indische kosmetische Industrie. ?.Die Einstellung von Lito Atienza als einer von the Väter der Heimat für the Engel sind konsequent diese Abtreibung gewesen ist the äußerst Kindesmißhandlung and muß angehalten werden bei allem costs. ?. by : Rickey Batcher es ist offensichtlich der telephone Sie haben auf Ihrer unterst Linie wird gewordenen up überholt ist das einfach Technologie und the Welt wir leben in..

    Répondre à ce message

  • Syndicalisme et politique 1er novembre 2013 16:17
    Élémentaire et percutant. J’ai bien compris, je vous en félicite ! Marcel de Mutuelle-Zen.com

    Répondre à ce message

  • commentaire de Malory 1er novembre 2013 21:28, par Malory

    C’était clairement très agréable de faire un tour sur votre site internet !
    Bravo car tomber sur des informations claires n’est pas à chaque fois véritablement facile.

    Ah, j’ai failli zapper : mon avg m’informe qu’on trouve des 404 par endroit, éventuellement de la documentation sur http://www.comparateurantivirus.com/.
    Malory.

    Répondre à ce message

  • Syndicalisme et politique 16 novembre 2013 17:59, par Benoit
    Merci d’apporter votre point de vue à ce sujet, nos analyses se rejoignent !
    Ah oui, au fait : avira m’indique des virus sur des zones, vous devriez peut-être trouver des solutions sur
    http://www.comparatif-antivirus .net/ (comparatif antivirus gratuit).

    Répondre à ce message

  • Syndicalisme et politique 10 décembre 2013 13:03, par akku

    Le syndicalisme politique est un peu voilé dans cette politique, je pense. Les faits sont difficiles à trouver à l’appui de ma réponse, mais mon intuition et la petite analyse de la structure et de la politique assure le syndicalisme dans ce domaine. Salutations.

    how to recover deleted files in Windows computer

    Répondre à ce message

  • Syndicalisme et politique 13 juillet 2014 16:12, par zenmo12
    Ce blog s’avère être exceptionnel, un gros merci .
    vous terminez credit auto usa assurance chomage pret auto credit agricole assurance pret personnel credit agricole credit auto avec gmf vous soulevez credit auto aussi credit auto national credit auto islam tarif assurance auto jeune conducteur credit agricole vous écrasez offre credit caisse epargne

    Répondre à ce message

  • Syndicalisme et politique 26 juillet 2014 11:58, par Pedro

    Le Syndicalisme Révolutionnaire

    L’article qui suit vise à donner au lecteur quelques connaissances générales et historiques sur le syndicalisme révolutionnaire, courant spécifique du mouvement ouvrier né à la fin du 19e siècle à la faveur de la méfiance suscitée par les partis politiques aux travailleurs ; il est tombé dans l’oubli presque total du public et reste de faible influence, mais son action et son passé gardent une influence sur la structuration et l’action du syndicalisme. Cela dit, au fil des décennies, il retrouve lentement une audience et se présente comme une nouvelle réponse aux échecs des projets révolutionnaires, de transformation sociale défendue par les partis.
    Cet article ne parle pas de tel ou tel syndicat en particulier, les pratiques syndicales des organisations agissant à notre époque feront l’objet d’un article spécifique.

    PRÉSENTATION
    Le syndicalisme révolutionnaire est une référence mythique dans l’histoire sociale et ouvrière de la France ainsi que dans beaucoup d’autres pays du monde ; sa popularité émerge au tout début du 20e siècle. On retient son discours construit autour de quelques idées centrales : indépendance syndicale et autonomie ouvrière par rapport à l’État, au patronat, aux sectes religieuses et religions, aux partis et organisations politiques, grève générale révolutionnaire, expropriation et réappropriation, fédéralisme et démocratie directe, gestion syndicale de la société future et contrôle ouvrier du communisme qui se présente alors comme étant autogestionnaire.
    Bien trop souvent, le syndicalisme révolutionnaire est assimilé à l’anarcho-syndicalisme. Ce dernier, bien que voulant le même but, a une stratégie et une organisation (structure) opposées au syndicalisme révolutionnaire, nous allons y revenir.

    Tout d’abord, comme son nom l’indique, le syndicalisme révolutionnaire fait reposer son alternative matérielle et idéologique tout particulièrement sur le syndicalisme.

    DÉFINITION
    Le syndicalisme est un mouvement qui groupe, par voie d’associations (locales, régionales, fédérales, nationales et internationales), les travailleurs-euses d’une même localité, d’une même région, d’une même profession ou industrie, d’un même pays, de l’ensemble de tous les pays, en vue de la défense commune de leurs intérêts immédiats et futurs, matériels et moraux, professionnels et sociaux.
    Évidemment, le syndicalisme comme nous l’admettons ici a déjà une envergure que l’on qualifie « de classe » c’est à dire qu’il est conscient du rôle déterminant du peuple travailleur internationalement organisé et coordonné dans l’association libre que représente le syndicat confédéré pour l’émancipation globale et totale par la lutte de classe.
    En effet, le syndicalisme révolutionnaire est une réaction, il apparaît pour contrer et dépasser l’impasse social-démocrate et le modèle syndical corporatif anglais et allemand (sous contrôle du parti socialiste). Modèle qui s’impose aux travailleurs-euses à partir de 1889 avec la création de la Seconde Internationale.
    Alors que les sociaux-démocrates/socialistes de parti pensent que c’est justement au parti de prendre le pouvoir et de détruire le capitalisme à coup de réformes institutionnelles, les syndicalistes révolutionnaires, de leur cotés, estiment que le communisme ne peut exister que si c’est la classe ouvrière (organisée sur la base de sa qualité d’exploitée, c’est à dire dans le syndicat) qui prend le pouvoir et qui gère la production des services et des objets nécessaires pour répondre aux besoins de la population.
    Donc le syndicat, organisation « naturelle » des travailleurs-euses, prolongement matériel de la volonté prolétaire de faire valoir ses droits et intérêts, est l’outil pour la lutte au quotidien mais aussi et surtout devient la base de l’organisation de demain qui renversera l’ordre établi et placera le nouveau système sous le signe du bien-être, de la liberté et de la solidarité.
    Le Syndicalisme Révolutionnaire, fort de sa pratique de lutte de classe au quotidien, a donc cette particularité : l’idéologie découle de la pratique et non l’inverse comme c’est le cas dans les organisations politiques et philosophiques. C’est ce qui lui permet d’avoir toute sa place encore aujourd’hui, d’être une force de proposition et d’alternative constamment en lien avec l’actualité : grâce à son côté pragmatique d’indépendance face aux idéologies pré-construites autour de cercles d’intellectuels et autres avant-gardes philosophiques déconnectées des réalités économiques vécues par les travailleurs. Ceci signifie que c’est l’organisation des travailleurs qui est au fondement de ses orientations, de sa formation politique, des liens de solidarité qu’elle construit : on ne devient pas révolutionnaire en l’apprenant d’une organisation politique, d’une philosophie, on le devient en s’organisant dans un syndicat qui construit l’unité de la classe autour des luttes, de la solidarité, des valeurs du combat par l’affrontement direct avec le patronat.

    OBJECTIF ET DISTINCTION DU SYNDICALISME RÉVOLUTIONNAIRE
    Le syndicalisme révolutionnaire a également la particularité de vouloir réunir et fusionner les terrains économique et politique. C’est pour cela que le syndicalisme révolutionnaire ne se reconnaît généralement pas dans les désignations « extrême gauche ». Le syndicalisme révolutionnaire considère qu’il n’y a aucune barrière entre « économique » et « politique » autre que celle que mettent en place ceux qui veulent avoir le pouvoir et la gestion de la société à la place des organisations de travailleurs... même si leur discours et leur sincérité n’est pas en cause. Mais les effets sont particulièrement destructeurs, et ce depuis plus d’un siècle.
    Les militants politiques de gauche et d’extrême gauche (qu’ils soient de courants léninistes ou anarchistes) se consacrent à la création et au développement d’organisations politiques distinctes des organisations syndicales. Or ils reprennent le même schéma que la social-démocratie, c’est à dire séparer le domaine politique du domaine économique pour prendre le pouvoir. Ils ont donc une vision affinitaire et avant-gardiste de la révolution sociale. Les travailleurs-euses seront forcément perdant-e-s.
    La classe se dote d’une culture à partir de pratiques de vie sociale, dans les entreprises mais aussi dans les quartiers. L’un ne va d’ailleurs pas sans l’autre. Comment peut-on soutenir que ce qui se passe à l’usine, dans la boîte et l’entreprise (l’économique) serait du ressort du syndicat et ce qui se passe dans le quartier et la cité (le politique) serait du ressort du parti, alors que dans le même temps on affirme, fort justement, que tout ce qui existe est le fruit de l’activité productive des hommes et des femmes ? On ne peut donc pas séparer vie professionnelle et vie privée, chaque prolétaire s’en rend compte tous les jours, comme on ne peut séparer « domaine économique » et « domaine politique ». Le syndicalisme révolutionnaire est à la fois idéologie et pratique visant à construire un communisme global et au sens premier.
    L’argument est le même pour ce qui est de la stratégie. Ces mêmes militant-e-s politiques pensent que c’est de la prise du pouvoir politique par le parti (ou l’organisation politique) que la libération économique et culturelle de la population suivra automatiquement, or à plusieurs reprises l’Histoire nous a démontré que la prise du pouvoir politique n’amenait pas forcément à la libération économique et culturelle du prolétariat et du peuple en général (URSS, Chine, Cuba etc.).
    Les syndicalistes révolutionnaires estiment que c’est au contraire, en prenant le contrôle de l’économique par la grève générale expropriatrice, en imposant le contrôle et la gestion directe de la production et des services par les travailleurs-euses eux-mêmes, que le politique sera dès lors paralysé, et que nous pourrons construire un nouveau système à notre portée.
    En effet, nous pouvons bien remarquer que le terrain politique ne peut contrôler ou paralyser le terrain économique si les travailleurs-euses font bloc, par contre, le contrôle du terrain économique permet de paralyser et donc contrôler le terrain politique... seul le syndicalisme permet ce contrôle s’il adopte la dimension « de classe » et la perspective révolutionnaire dans un but socialiste.
    Et pour ce faire, le syndicalisme révolutionnaire se dote d’une structure particulière qui peut se substituer aux institutions actuelles à tous les niveaux de la société (voir l’article sur les Bourses du Travail et celui à venir sur les Unions Locales). Le Syndicalisme Révolutionnaire n’est donc historiquement et idéologiquement pas lié à l’anarcho-syndicalisme et ce pour plusieurs raisons. Tandis que l’anarcho-syndicalisme prône à tout prix l’existence de l’organisation spécifique anarcho-syndicaliste, le syndicalisme révolutionnaire lui, prône la constitution en tendance à l’intérieur de la confédération syndicale qui aura le plus d’outils approprié pour avoir une pratique « de classe » (l’interprofessionnel) et donc amener les travailleurs-euses à une conscience de classe homogène qui amène à la conscience révolutionnaire. Tandis que l’anarcho-syndicalisme assume et revendique une identité philosophique (anarchiste/libertaire), excluant d’emblée une unité autour de la condition de travailleur au profit de l’union autour d’une idéologie.De son coté, l’anarcho-syndicalisme est historiquement un combat affinitaire et idéaliste qui est apparu pour contrer les communistes pro-parti accusés de noyautage dans la CGT française et la CNT espagnole aux alentours des années 1920 et ceci afin de garder ce qui leur apparait être la pureté du syndicalisme révolutionnaire. Cette stratégie se soldera par des scissions à répétitions amenant la création des différentes confédérations et unions syndicales se revendiquant du syndicalisme de lutte ou du syndicalisme de classe que nous connaissons aujourd’hui, contribuant à confiner le syndicalisme révolutionnaire dans un milieu réduit et fortement marqué par l’idéalisme. L’anarcho-syndicalisme fera l’objet d’un article ultérieur.

    MOYENS D’ACTION
    Le syndicalisme révolutionnaire préconise un travail de diffusion, de formation et de pratique à l’intérieur de la grande confédération syndicale elle-même à l’intérieur du prolétariat. Le syndicat constitue, alors, avec ses réalisations quotidiennes (luttes, réseaux d’entraide, presse militantes, action culturelle, conquêtes sociales, mutualisme, coopérativisme, éducation ouvrière) comme l’embryon d’une contre-société ayant vocation à se généraliser. Parce que le syndicat est un lieu de représentation et de formation prolétarienne, il est à même de diffuser le modèle de prise de pouvoir par les travailleurs.
    La forme d’organisation syndicale préconisée par le syndicalisme révolutionnaire est le syndicat d’industrie (souvent nommé syndicat local à notre époque), il rompt avec la logique du syndicat d’entreprise et vise à organiser les travailleurs au delà du repli de leur lieu de travail, il construit des liens de classe de boite en boite et constitue de façon spontané une étape féconde vers le syndicalisme interprofessionnel.
    Le syndicalisme révolutionnaire défend le Front unique de classe comme outil indispensable : le syndicat étant l’organisation naturelle d’organisation et d’action des travailleurs, il est le mieux placé pour les réunir au delà des appartenances et divergences idéologiques : il préconise donc l’union des courants qui traverse la classe ouvrière dans une pratique de classe, l’action syndicale par l’affrontement direct (sans délégation à l’action politique). Cette logique de Front unique n’a de chance d’être effective qu’a la condition que le syndicat défende l’indépendance syndicale. En effet, la garantie que les travailleurs puissent se réunir dans une organisation de lutte sans conflit d’appartenance politique suppose que le syndicat reste préservé des controverses et tentatives de mise sous tutelle d’une organisation un d’une idéologie particulière.
    RÉSUMÉ

    Ce qu’il faut retenir :
    Le syndicalisme révolutionnaire n’est pas un courant syndical quelconque constitué de militants qui se réclameraient d’une appartenance révolutionnaire. Le syndicalisme révolutionnaire est une position doctrinale à part entière qui fait du syndicat le fondement du mouvement révolutionnaire sur la base des liens de classe et de luttes qui se construisent entre travailleurs, liens qui trouvent une forme dans l’organisation naturelle des salariés que constitue le syndicat.
    Le syndicalisme révolutionnaire dénonce la séparation des appareils de lutte en deux pôles : syndicat et parti. Le parti fait déléguer l’action politique à une organisation qui n’est pas une organisation de luttes sociales mais un espace de controverses, de débats et de conquête du pouvoir séparé des luttes sociales. En outre, le parti favorise l’émergence d’une classe de spécialistes de la politique, classe généralement recrutée dans les couches favorisées et qui vont opérer un ascendant politique sur les travailleurs qu’ils prétendent représenter.
    Le syndicalisme révolutionnaire impose, dans sa démarche, le développement de l’éducation, la formation des travailleurs, l’action irremplaçable de l’éducation populaire et ouvrière, les actions d’entraide de classe, les actions de solidarité politique etc. En effet, la lutte contre la société bourgeoise exige qu’une lutte culturelle, des valeurs soit menée sans relâche et dès maintenant. Le combat culturel, loin d’être un accessoire ou une dimension anecdotique est un aspect essentiel pour combattre aujourd’hui et gagner le ralliement de la classe ouvrière désinvestis des comportements et valeurs de la bourgeoisie. Une classe de travailleurs formée, dont l’autonomie ouvrière est développée, c’est a dire peu sujette à la tutelle de la bourgeoisie, gagnera en force et en conviction pour faire passer le sens des luttes immédiates à celle de la grève générale, grève révolutionnaire de nature à réorganiser la société.
    En effet, le syndicalisme révolutionnaire considère le syndicat comme l’unité organisée la mieux à même d’organiser le contrôle ouvrier de l’économie en cas de révolution : les travailleurs, organisés au niveau de l’entreprise, de la profession, de l’industrie et de la localité seront les mieux préparés à assurer la production des produits et des services dans un système autogestionnaire.

    MOTS-CLEFS

    Mouvement ouvrier
    Syndicalisme révolutionnaire
    Autonomie ouvrière
    Social-démocratie
    Vision affinitaire
    Avant-gardiste
    Bourses du Travail
    Indépendance syndicale
    Lutte de classe
    Unions Locales
    Anarcho-syndicalisme
    Tendance
    Syndicat d’industrie
    Front unique
    Education
    Lutte culturelle
    Entraide de classe,
    Autonomie ouvrière
    Contrôle ouvrier
    Grève générale
    Système autogestionnaire

    Répondre à ce message

  • Syndicalisme et politique 31 octobre 2016 19:50, par Cortez Carslaw

    This is really attention-grabbing, You are a very
    skilled blogger. I have joined your feed and stay
    up for seeking extra of your excellent post. Also, I've
    shared your website in my social networks

    My web-site ; [coloring book shirts->http://www.colormet-shirts.com/]

    Répondre à ce message

  • Syndicalisme et politique 2 novembre 2016 10:43, par Selena

    What's up it's me, I am also visiting this web site on a regular basis, this web site is really good and the users
    are truly sharing pleasant thoughts.

    My webpage ... [Best Online Casinos->http://onlinecasinoadvisor.eu/]

    Répondre à ce message

  • Syndicalisme et politique 2 novembre 2016 15:15, par Aracely

    It's amazing designed for me to have a web site, which is useful designed for
    my knowledge. thanks admin

    my homepage [krystal cancun timeshare->https://twitter.com/kivccancun]

    Répondre à ce message

  • Syndicalisme et politique 2 novembre 2016 17:21, par Bill

    Wonderful work ! That is the type of information that should be shared across the internet.
    Shame on Google for no longer positioning this put up higher !
    Come on over and seek advice from my website . Thank
    you =)

    Have a look at my blog - [clash of clans hack->http://dutchfavorite.com/__media__/...]

    Répondre à ce message

Répondre à cet article
AGENDA DE LA CGTB
« novembre 2017 »
L M M J V S D
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 1 2 3
 
LA CGTB EN IMAGES
LES GRANDS DEBATS

Thème du mois:
Syndicalisme et politique
Participer au débat
 

01 BP 547 Ouagadougou 01 Burkina Faso
Tel : (+226)25 31 36 71
Fax : (+226)25 31 36 71
Email : infos@cgtburkina.org